B-A-BA

Efficace à tous les niveaux

Ça semble un peu antisportif comme titre. Ça l’est dans une certaine mesure. Mais en matière de tactique, les moyens importent peu, c’est l’efficacité qui prime.

Les bons tacticiens sont souvent d’excellents observateurs. Ils peuvent rapidement évaluer les forces et faiblesses de leur adversaire. La tactique a ses limites évidemment. Même avec la meilleure tactique du monde, je ne parviendrais pas à battre Sampras, mais la tactique fait ce petit plus parfois nécessaire pour parvenir un joueur d’un niveau égal, supérieur et même parfois inférieur (voir le cas du joueur ‘mou’).

La tactique est efficace à tous les niveaux. Elle permet de tirer le maximum de votre potentiel en connaissant vos forces et faiblesses ainsi que celles de l’adversaire.

Repérer les faiblesses de son adversaire pour le forcer à mal jouer. Il n’est pas rare de rencontrer des joueurs battus par de fins tacticiens affirmer qu’ils ont ‘mal joué aujourd’hui’ sans se rendre compte que leur adversaire a sciemment provoqué leurs fautes.

Découvrir le talon d’Achille

Le jeu de tennis est un jeu de grande variété. En fond de terrain, on peut distinguer ces variétés principales:

  • balles croisées, long de ligne, centre
  • balles hautes, basses, à niveau
  • balles liftées, slicées, plates
  • balles longues, courtes, mi-terrain

En combinant ces 4 types de base, mathématiquement ça donne environ 80 combinaisons de trajectoires possibles. Dites-vous que peu de joueurs sont capables de maîtriser parfaitement chacune de ces combinaisons. Il y en a forcément toujours une plus difficile à jouer que l’autre pour votre adversaire: son talon d’Achille en quelquesorte. Il existe quelques constantes comme la difficulté pour la plupart des joueurs à maîtriser les balles hautes et profondes, surtout en revers. Au niveau du joueur de ‘club’, presque tous les joueurs ont des faiblesses flagrantes sur l’une ou l’autre de ces trajectoires. Fort heureusement pour eux, ils rencontrent peu d’adversaires capables d’en tirer profit sciemment. En général les balles les plus difficiles à jouer pour le joueur de club sont les – balles courtes-basses. Souvent à cause d’une déficience du jeu de jambe (genoux pas assez pliés, trop loin de la balle, etc.). – les balles hautes-longues à cause de la difficulté à frapper des balles au-dessus de l’épaule lié au fait que le poids du corps n’est pas correctement transféré vers l’avant au moment de la frappe.

Évidemment appliquer ce type de tactique implique que vous soyez capable un tant soit peu de produire la trajectoire souhaitée. C’est pourquoi la tactique basée sur les trajectoires ne commence vraiment à faire son chemin que chez des joueurs déjà bien aguerris au niveau technique (niv. 4.0 et +). Pour les joueurs plus faibles, il existe d’autres astuces basées sur l’anticipation.

Le “B.A. BA” de la tactique.

Le B.A.BA de la tactique c’est: découvrir et se servir du point faible de l’adversaire. Bien. Mais rarement on nous apprend comment découvrir ces points faibles. Les points suivant sont essentiels à déterminer pour pouvoir commencer à faire un “plan de match” basé sur la tactique.

  • Repérer leurs points forts, leurs meilleurs coups
  • Idem avec les points faibles et voir jusqu’à quel point un coup est faible
  • Quelle direction ils préfèrent jouer
  • Quelles prises il utilise
  • Leur mobilité gauche-droite et avant-arrière
  • Leur condition physique
  • Leur comportement extérieur (psychologie)
  • Leur réaction à la pression

Un conseil commun est d’observer durant l’échauffement. J’ai un avis mitigé sur la question. Régulièrement les joueurs jouent différemment à l’échauffement, certains aiment pratiquer leurs coups faibles, etc. De mon propre exemple je ne joue que des revers lifté à l’échauffement alors qu’en match je le joue plutôt slicé. J’ai aussi tendance à me concentrer beaucoup pour réussir sur mes coups faibles pour donner de mauvaises indications à mon adversaire sur la qualité de certains de mes coups. L’idéal c’est évidemment de regarder votre adversaire jouer un match. En tournoi, n’hésitez pas à aller voir les matchs de vos adversaires avant de les rencontrer. En tant que spectateur il est nettement plus facile d’évaluer un joueur que de le faire en match ou vous devez penser à votre jeu, au score, etc. Souvent, malheureusement, c’est pendant le match que vous allez devoir évaluer votre adversaire. Voici quelques point sur lesquels se concentrer: – Au service: observez la position par rapport au centre du terrain. Comment il se positionne suivant la direction qu’il recherche. Repérez son endroit favori (voir les grands serveurs) Dans le jeu. – Sur les points de pression (balles de jeu, de sets, etc.). Montez au filet sur leur coup faible et essayez de voir comment ils réagissent. Mis sur pression, les joueurs ont tendance à réagir de la même façon point après point. – Observez ses angles préférés en fond de court. Préfère-t-il le long de ligne ou les balles croisées ? Souvent les joueurs de moindre calibre sont plus à l’aise sur certaines directions que d’autres. Le savoir peut vous permettre de couvrir plus efficacement votre terrain en anticipant le coup adversaire. – Niveaux 3.5 et moins : Il peut être parfois avantageux pour vous de jouer dans le coup ‘fort’ de votre adversaire plutôt que le faible. Paradoxalement un coup faible peut être plus difficile à jouer pour vous. L’exemple classique est l’adversaire qui a un bon coup droit lifté et un revers coupé qu’il contrôle mal et qui retombe court et bas. En principe vous devriez jouer sur le revers puisque plus faible. Cependant vous êtes peut-être à un niveau ou vous n’êtes pas encore capable de profiter des balles courtes et basses. Et dans ce cas mieux vaut jouer le coup fort qui va vous donner le rythme pour bien jouer…

Jouez “tactique” mais n’en abusez pas.

Il arrive souvent que certains “tacticiens” soient si concentrés sur les faiblesses de leur adversaire qu’ils en oublient leurs propres forces. Faire mal jouer son adversaire n’est pas un but en soi. Il faut que vous cherchiez une tactique qui exploite les points faibles de votre adversaire et mette en valeur vos points forts. Par exemple, vous avez un grand revers à deux mains: il ne serait pas forcément judicieux de commencer à jouer des revers coupé vers votre adversaire parceque vous savez qu’il a du mal à contrôler les balles basses.

Fabriquez-vous un plan de match.

«Même un mauvais plan est meilleur que pas de plan du tout» (Brad Gilbert). Si vous en avez l’occasion, préparez un plan de match avant la rencontre. Concentrez-vous sur quelques points principaux à ne pas oublier durant le match. Écrivez-vous un aide-mémoire si vous n’êtes pas sûr de le retenir.

A noter !

3 permanences sont à votre disposition pour vous inscrire ou vous ré-inscrire pour la saison tennistique 2017/2017 : tous les détails ci-contre !