Le revers coupé (à une main)

Un coup relativement facile à maîtriser et que tout joueur doit avoir dans sa panoplie même (et surtout) s’il est adepte du revers à deux mains. Malheureusement il est de moins en moins enseigné comme arme principale en revers. Pour le joueur de filet, c’est pourtant une arme de choix.

Quand utiliser le revers coupé ?

  • Dans la montée au filet dans la foulée. Le revers coupé permet de prendre la balle très tôt et d’enchaîner facilement la montée au filet. De plus la trajectoire de la balle est basse et lente. La lenteur donne du temps au volleyeur pour arriver le plus près possible du filet et le rebond bas force l’adversaire à remonter la balle ce qui donne une volée plus facile. Les volleyeurs aiment particulièrement ce coup qui leur permet de faire du « chip and charge » (monter à l’abordage au filet coûte que coûte).
  • En défense. Permet de jouer et contrôler la balle beaucoup plus loin du corps que dans le cas d’un revers à deux mains. Presque tous les joueurs à deux mains utilisent le revers coupé de défense lorsqu’ils sont débordés (pour autant que l’adversaire ne monte pas au filet car le revers coupé est totalement inefficace en passing-shot). [Sur la photo ci à côté, on peut remarquer le gain de temps fourni par l’utilisation en revers coupé quand on est déporté hors du terrain: avec un revers lifté le pied gauche (pour un droitier) devrait être a peu près au même niveau que le droit. Ici le pied gauche reste de côté et permet un replacement nettement plus rapide.]
  • Dans l’échange de fond de court. De plus en plus rarement utilisé dans le tennis professionnel, probablement parceque le revers coupé produit une balle assez lente par rapport aux balles liftées. Le rebond est également assez court et bas et lorsque le revers coupé est légèrement raté il donne une balle très facile à attaquer par l’adversaire. Il arrive aussi que les joueurs trop habitués au revers coupé ou plus confiants sur ce coup que dans le revers lifté sont assez vulnérable face aux montées au filet de l’adversaire car pour passer, le revers coupé est totalement inefficace(1). Mis à part le problème du passing-shot (qui peut être facilement réglé en variant plus les types de revers), le revers coupé est un coup excellent pour contrôler l’échange. Il permet de jouer offensivement en prenant la balle tôt et donne beaucoup de précision et de longueur de balle.

Exemple de bon revers coupé: Steffi Graf. Elle utilisait presque exclusivement ce coup en revers. Ça la rendait assez vulnérable face aux volleyeuses. Mais cette faiblesse était heureusement minimisée par le fait que c’est souvent elle qui dirigeait le jeu et que les femmes qui jouent au filet sont relativement rares.

(1) Sauf pour glisser un revers court croisé. Ivan Lendl affectionnait particulièrement ce coup qui lui réussissait si bien.

A noter !

3 permanences sont à votre disposition pour vous inscrire ou vous ré-inscrire pour la saison tennistique 2017/2017 : tous les détails ci-contre !