Le Mouvement de la raquette

Un coup de tennis peut se diviser dans le temps en trois étapes:

  1. Préparation. La raquette est tirée en arrière en position «armé».
  2. Déclenchement et frappe. La raquette part vers l’avant pour frapper la balle.
  3. Accompagnement . La résultante de la frappe.

Préparation

La préparation est souvent la où l’on voit le plus la «touche personnelle» d’un joueur. Si le contact et l’accompagnement sont relativement identiques d’un joueur à l’autre c’est parce qu’il n’y a pas tellement 36 façons de frapper une balle pour l’envoyer de l’autre côté du terrain.

Au niveau les plus faibles (< 3.0), les joueurs oublient souvent de préparer et attendent que la balle arrive sur eux pour faire un geste étriqué. Au plus haut niveau les préparations sont plus amples mais très régulièrement les joueurs font des gestes inutiles dans leur préparation.

Conseil n°1: Simplifiez au maximum votre préparation. Éliminez tout ce qui est inutile pour préparer la raquette à effectuer sa rencontre avec la balle. Malheureusement, beaucoup de joueurs pros sont de mauvais exemples à ce niveau. Plus la préparation est compliquée et plus vous avez de chances de dérégler votre coup, de décentrer, d’avoir un mauvais timing, etc.  Un exemple de joueur avec des préparations simples en coup droit et revers: André Agassi. C’est un modèle dans ce domaine. Pas étonnant que son timing soit si parfait et qu’il soit capable de prendre les balles très tôt.  

ci-dessus un exemple de préparation équilibrée. Évitez les gestes trop amples:   – plus le mouvement est long et plus c’est difficile de synchroniser (timing) le contact avec la balle. – Trop d’amplitude tend à déséquilibrer le corps Conservez le coude proche du corps.

Conseil n°2: Préparez le plus tôt possible. Certains professeurs de   tennis   préconisent le mouvement fluide, c’est-à-dire que la raquette est toujours en mouvement depuis la préparation jusqu’à la frappe. Certains prétendent que ça donne plus de vitesse à la balle.   Peut-être, mais regardez Jim Courrier: des préparations très courtes et pourtant beaucoup de puissance (les vidéos de ses coups sont disponibles sur le site de TennisOne pour vous faire une idée).   À vous de juger en testant différentes amplitudes de préparation. Préparer tôt signifie que vous tirez le plus rapidement possible la raquette en arrière et que vous la laissez en attente immobile dans cette position. Vous déclencherez alors la frappe au moment voulu. Plus vous préparez tôt et plus vous allez pouvoir vous concentrer sur d’autres choses plus importantes comme votre placement par rapport à la balle. C’est la clef pour prendre la balle tôt.         Retour de la raquette et Contact

Le rythme idéal de frappe, mis à part la volée, doit être lent-vite. Vous avez armé votre coup   en essayant d’avoir les muscles les plus relâchés possible. Évitez de nouer les muscles: le tennis est un sport qui demande des muscles dynamiques, il n’existe pas vraiment d’Arnold Schwarznegger chez les pros. À partir de la position d’armé vous envoyez votre raquette à la rencontre de la balle dans un mouvement d’accélération progressive. Cette accélération -plutôt qu’un mouvement relativement linéaire- va vous permettre de garder la balle un peu plus longtemps dans le cordage de la raquette et donc d’avoir un contrôle accru. Vous pouvez serrez la main un peu plus juste avant l’impact pour être sur que la raquette ne bouge pas durant l’impact (mais ne bloquez pas le poignet pour autant s’il s’agit d’un coup lifté), mais vous ne devez pas bloquer votre mouvement pour l’arrêter juste après l’impact. Des études scientifiques ont démontré que serrée ou pas, la raquette ne donne pas plus de vitesse à la balle après l’impact.

Dans son livre «la stratégie du vainqueur» (Ed. Robert Laffont), Carlos Goffi parle de la «règle» des trois balles, c’est-à-dire que l’espace de contact de la balle avec les cordes de la raquette devrait faire la longueur d’un tube de trois balles. Plus la balle reste longtemps en contact avec les cordes et plus vous avez de contrôle sur celle-ci. La clef pour avoir ce contact prolongé avec la balle est de se concentrer sur l’accompagnement. En pensant à votre accompagnement, vous allez «traverser» la balle. En réalité, sur le plan purement physique, l’accompagnement ne sert à rien: une fois la balle hors du cordage, vous n’avez plus aucun contrôle sur la balle. Le fait est que l’accompagnement n’est qu’une résultante. Alors me direz-vous pourquoi se concentrer tellement sur l’accompagnement ? En fait la durée de contact de la balle avec le cordage ne dure qu’une petite fraction de seconde (entre 4 et 6 millièmes de secondes environ). La sensation est de courte durée. À partir d’un certain niveau les joueurs sont capables d’être plus attentifs au contact avec la balle, mais pour les débutants par contre, se concentrer sur l’accompagnement permet de ‘traverser’ correctement la balle’.

Accompagnement

Ici à gauche, un exemple d’accompagnement de qualité après un coup droit. Devez-vous vous forcer à avoir la raquette dans la même position que celle préconisée par la photo ci-contre ? Oui et non. Oui parceque vous pouvez être certain que vous allez diriger la balle plus ou moins correctement. Non, parceque, forcer l’accompagnement ne vous donnera pas plus de vitesse: l’idéal est de relâcher vos muscles autant que possible. L’accompagnement ne devrait être que la résultante d’une bonne préparation et d’un bon rythme de frappe. (Je vois régulièrement des joueurs de clubs qui, croyant bien faire, forcent leur accompagnement: la balle est frappée, puis ensuite le bras fait le mouvement d’accompagnement. Répétons-le: une fois la balle hors du cordage, l’accompagnement ne donne rien).

Bien qu’en théorie après l’impact il n’y a plus rien à faire, il est impossible d’arrêter votre mouvement juste après l’impact sans devoir le freiner avant de toucher la balle.

Il est probable que si votre mouvement s’arrête juste après l’impact, c’est soit que vous avez concentré votre énergie avant la frappe ou que votre préparation était très courte, ce qui donne en général des coups peu précis et peu rapides (à moins bien sûr qu’il ne s’agissait d’un contre sur balle très rapide comme lors d’un retour de service).

Le truc pour avoir un accompagnement naturel est de penser à «traverser» la balle comme si vous concentriez votre énergie sur un point qui se trouve loin après la balle.

(Sur la photo, on peut deviner assez facilement quel genre de coup Mike vient de faire: une balle liftée car la raquette termine sa course presque au-dessus de la tête ce qui laisse supposer que le mouvement s’est fait de bas en haut.)

Résumé

  • Préparez le plus tôt possible.
  • Simplifiez votre mouvement de préparation des mouvements parasites inutiles.
  • Relâchez les muscles le plus possible au moment de la préparation.
  • Gardez-les relâchés autant que possible (une certaine tension reste toujours nécessaire) durant tout le mouvement.
  • Accélérez votre raquette progressivement en traversant la balle sur une longueur imaginaire d’au moins 3 balles
A noter !

3 permanences sont à votre disposition pour vous inscrire ou vous ré-inscrire pour la saison tennistique 2017/2017 : tous les détails ci-contre !